Sur les traces de l'électromètre à quadrants