Billet

Le rocher d'Étagnac

Publié le
11 avril 2018
par Juliette Ganteille
Mis à jour le
21 décembre 2018
Astronomie
Vigie-ciel dans le Grand Est

Les météorites sont des objets extra-terrestres qui ont traversé les âge depuis la création de l’univers il y a des milliards d’années. Inévitablement, les météorites nous apparaissent comme des objets magiques. Leur histoire est exceptionnelle, et l’on aime à croire que leurs propriétés puissent être extraordinaires. Exception faite des scientifiques qui étudient ces pierres bien particulières, les météorites ne font pas partie du quotidien de grand monde. Elles restent un rêve, un fantasme très éloigné de notre réalité.

En discutant avec Barbara, j’ai appris que selon la NASA, 84 000 météorites (de tailles variables) s'écrasent sur Terre chaque année. Cependant, il n’existe environ que 180 cratères d’impact dans le monde ! En effet, la plupart des météorites ne sont pas suffisamment grosses pour laisser une trace au sol. Sachant que l’ONU compte 193 pays et que les météorites n’ont aucune raison de respecter une quelconque équité entre les pays, pensez-vous qu’un de ces 180 cratères se situe en France ? Suspense… Et bien oui ! Un seul et unique. En Haute-Vienne à Rochechouart, où une météorite s’est abattue il y a 200 millions d’années. Le nom du village porte d’ailleur la trace de cette chute : roche-choir.

Je n’avais jamais remarqué ce jeu de mots. Pourtant, ce nom m’est bien familier. Rochechouart est respectivement à 11,2 km et 11,4km de Chabanais et Étagnac, les deux villages où vit ma famille paternelle. En discutant avec mes tantes, je réalise que cette météorite est aujourd’hui encore bien présente dans la région. Des maisons sont construites avec des pierres ayant été frappées par la météorite, et de nombreux rochers aux dimensions remarquables peuplent les forêts, des kilomètres à la ronde de Rochechouart. Justement, dans la forêt d’Étagnac se trouve “Le Rocher”. S’agit-il d’un fragment de cette gigantesque météorite ? Quand mon frère et moi étions enfants, nous demandions à aller se promener “au Rocher” et nous passions toute notre énergie à essayer de le grimper, encore et encore, sous toute les coutures. Avant nous, mon père et toute la famille faisait de même. Le Rocher a occupé des générations d’enfants. Dans mon souvenir, il était immense. Hélas, il ne s’agit pas de roche météoritique. Bien sûr, un si grand morceau n’aurait pas été laissé ainsi dans la nature... En revanche, son origine est bien liée à la météorite.

Il s’agit de roche qui était présente à l’endroit de l’impact, et qui, sous la puissance et l’énergie du choc, a été violemment expulsée. Alors, même s’il ne s’agit pas d’une météorite géante, je découvre à 23 ans quelque chose de stupéfiant. Ce rocher, qui était l’un des passe-temps favoris de mes vacances, s’est trouvé dans la forêt à deux pas de chez ma famille grâce à une météorite de 10km de diamètre ! Ses différentes faces, en particulier celle de droite qui m’a donné du fil à retordre pendant des années, ont été en contact avec un objet venu de l’espace. Alors que les météorites me semblent un sujet d’étude à mille lieux de mon quotidien, je sais désormais qu’elles sont pourtant très proches de mes souvenirs d’enfance.

---

Ce billet fait partie du parcours temporel Design et sciences : récit d'une immersion

Informations générales