Billet

Pierre Weiss : son impact à Strasbourg

Publié le
07 janvier 2018
par Thomas Ernenwein
Mis à jour le
02 février 2018
Physique
Objets de sciences

En 1918, les travaux de Pierre Weiss sur le magnétisme, son attachement à l’Alsace, son talent d’organisateur de laboratoire ainsi que son réseau international de relation le désignent tout naturellement pour un poste à Strasbourg. Il fait partie de la commission dépêchée par Paul Appel sur place en janvier 1919. De suite, il sera nommé administrateur provisoire de l’institut de physique. Il logera en bordures du quartier de l’Orangerie dans le boulevard Paul Déroulède. L'année de sa nomination, il deviendra veuf puis se remariera trois ans plus tard avec Marthe Klein, professeur de lycée, avec qui il aura un fils. Il changera de logement pour habiter 69 allée de la Robertsau, il ne quittera plus jamais cet élégant quartier proche de l’université.

L'UFR de Physique et Ingénierie de Strasbourg

Source : http://www.hp-physique.org/sdx/sdx/api-url/getatt?app=fr.gouv.culture.sd...

A Strasbourg, sa carrière administrative explosera, en effet l’université lui permettra de rattraper le temps perdu et même de brûler les étapes. Il deviendra maître de conférences en février 1919, puis professeur de 4e classe en novembre de la même année et atteindra la première classe dès 1922. En 1919, il réussira à négocier un salaire de 16 000F par an (ce qui revient actuellement à environ 16 500€ par mois) au lieu des 10 000 ordinaires, refusant de voir ses revenus diminués par rapport à la Suisse. Pierre Weiss a 54 ans quand il arrive à Strasbourg, il mettra toute son énergie pour créer un institut de renom, il veut créer une école de magnétisme. Cependant son but n’est pas d’avoir la consécration de la capitale. En effet, c’est un homme qui s’oppose à sa façon à la centralisation parisienne qui règne à cette époque. Comme le disait le doyen Rothé (membre de la faculté des sciences de Strasbourg) lors d’un rapport de 1931 « Il a fondé à Strasbourg une section de la Société française de Physique. Il n’a pas le désir de quitter Strasbourg et nous devons lui en être particulièrement reconnaissants […] Je demande pour M. Pierre Weiss la Croix de Commandeur de la Légion d’Honneur » Cette décoration ne lui sera accordée qu’en 1935. Retraitable en 1936, il demandera à être prolongé dans ses fonctions jusqu’en janvier 1939, obtiendra seulement le droit de se replier à Lyon et non à Clermont-Ferrand comme il le souhaitait. C’est là qu’avec son ami Jean Perrin (physicien, chimiste et homme politique français) il va mettre au point les actes de la conférence internationale sur le magnétisme. Conférence qu’il avait lui-même organisé à Strasbourg en 1939. Il mourra à Lyon d’un cancer le 24 octobre 1940.

La période strasbourgeoise ne lui servira pas de tremplin, en effet il a déjà obtenu une réelle considération quand il a reçu en 1907 le Prix Kastner-Boursault de l’académie des Sciences de Paris ou encore le prix Lasserre en 1915. Il s’agit plutôt pour lui de transplanter son laboratoire de Zurich à Strasbourg. Ainsi, il ne viendra pas seul de Zurich : il amènera avec lui d'une part ses collaborateurs G. Foëx et G. Ribaud et d'autre part une partie du matériel d’expérience. Il fera nommer E. Bauer en physique théorique, obtiendra du personnel pour construire des instruments et les entretenir. La bibliothèque de l’institut de physique sera complétée.

Le laboratoire de Pierre Weiss dans les années 1920

source : http://www.hp-physique.org/sdx/sdx/api-url/getatt?app=fr.gouv.culture.sd...

Le laboratoire comprenait une section de ferromagnétisme dirigée par Pierre Weiss et son chef de travaux R. Forrer, elle était outillée pour la mesure des aimantations, pour la mesure des chaleurs spécifiques vraies (mesure de la quantité d’énergie nécessaire pour augmenter d’un kelvin la température d’un objet), etc. Par la suite le laboratoire se développera rapidement avec plusieurs sections créées, notamment celle sur le diamagnétisme mené par G. Foëx. 

Enfin un professeur de physique théorique, dont le premier fut Edmond Bauer, contribuait largement par l’enseignement qu’il donnait aux chercheurs et par ses travaux personnels, à la vie du laboratoire.

Ainsi, nous voyons donc que Pierre Weiss organisait donc véritablement la recherche en physique expérimentale du magnétisme à Strasbourg. De plus il décidera par la suite de s’intéresser au ferromagnétisme. Le recteur Dresch disait en 1936 en décrivant Pierre Weiss : « On ne saurait faire l’éloge de ce maître et de ce savant. Il est Pierre Weiss ». Nous pouvons donc dire que ce « maître » a réellement participé à l’enseignement du magnétisme à Strasbourg.

Ce billet fait partie du dossier "Les pièces polaires KéZaKo ?"

Informations générales